Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
03 Dec

ARTICLE DE WIKI PEDIA POUR "DES CHIFFRES ET DES LETTRES" - 3ème PARTIE

Publié par FLAHAUT Francis  - Catégories :  #ARTICLE DE WIKIPEDIA POUR "DES CHIFFRES ET DES LETTRES

ARTICLE DE WIKI PEDIA POUR "DES CHIFFRES ET DES LETTRES" - 3ème PARTIE

Publié par FLAHAUT Francis  - Catégories :  #PAGE "WIKIPEDIA"

Le Mot le plus long

Dans cette épreuve, les deux candidats a tour de role choisiront le nombre de voyelles ou de consonnes qu'il souhaitent avoir exemple 5 consonnes le tirage sera afficher 5 consonnes et 5 voyelles etc le tirage sera automatiquement tirée au sort soit jusqu'à obtenir 10 lettres. Dans le tirage de lettres. Le but est de trouver le plus long mot possible en utilisant les lettres qui ont été tirées, se rapprochant ainsi du principe de l'anagramme. Les diacritiques sont négligés.

Exemple

  • Avec le tirage suivant :
B A M E R I L A N E
il est possible d'obtenir le mot REMANIABLE (en 10 lettres).
  • Avec le tirage suivant :
A N E D O S U N E I
il est possible d'obtenir les mots SAOUDIENNE (en 10 lettres) ; ADENOSINE, AUDONIENS et SOUDANIEN (en 9 lettres).

Modalités de jeu et score

Les candidats disposent de 30 secondes (anciennement 40) pour saisir leur proposition sur un écran tactile. Les candidats marquent un point par lettre,+ 2 points de bonus si il trouve un mot equivalent ou superieur au mot qu'il a trouve exemple il trouve un mot de 7 lettres il peut dire un autre mot de 7 lettres ou un mot de 8 9 ou 10 lettres pour marque ces 2 points de bonus en plus du nombres de point qu'il a marque pour trouver un mot. Si leur mot est correct et au moins aussi long que celui de leur adversaire. Un candidat ne marque aucun point si son mot est incorrect ou s'il est plus court que celui de son adversaire. Enfin, si un candidat propose un mot erroné plus long que le mot correct joué par son adversaire, ce dernier marque le nombre de points correspondant au plus long des deux mots.

Exemples :

  • A propose un mot correct de 6 lettres, B un mot correct de 8 lettres. B marque, seul, 8 points ;
  • A et B proposent tous deux un mot correct de 7 lettres. Ils marquent tous deux 7 points ;
  • A et B proposent tous les deux un mot incorrect. Personne ne marque.
  • A propose un mot correct de 8 lettres, B un mot incorrect de 10 lettres. B ne marque pas, et A marque les 10 points de B ;

Mots admis et refusés

  • De façon générale, sont admis :
  • De façon générale, ne sont pas admis :
  • Les dictionnaires de référence de l'émission sont Le Petit Larousse illustré et Le Petit Robert.
  • Pour les compétitions organisées par les clubs partout en France, divers ouvrages spécialisés rédigés par des joueurs réputés servent de référence pour éviter tout litige : Le Glossaire des jeux de lettres (par Jean-Claude Arrighi), Le Colard (par Jacques Colard)…
  • Les seules erreurs acceptées sont celles faites lors de l'annonce des mots trouvés. Le plus souvent, il s'agit du rajout ou de la suppression d'accents inutiles, bref de problèmes de prononciation, qui sont donc tolérés, parce que l'important est l'orthographe écrite du mot et que les lettres des plaquettes utilisées ne portent pas d'accents.

Duels

1 fois, au cours de l'émission, après 5 tirages de chiffres et 5 tirages de lettres, se joue 5 duels. Il en existe plusieurs variantes :

  • Le duel traditionnel, qui consiste à trouver deux mots se rapportant à un thème donné à partir d'un tirage de 10 lettres ;
  • L'un dans l'autre : qui consiste à trouver un nom propre et un nom commun à partir d'un tirage, sachant que l'un des deux mots doit obligatoirement faire 10 lettres ;
  • La Bonne Orthographe : qui consiste à épeler de façon correcte le mot choisi ;
  • Le Calcul mental qui consiste à effectuer mentalement une série de calculs venant des quatre facteurs d'opération (addition, soustraction, multiplication et division). Exemple : ((((71 * 21) + 25 ) - 121) * 4) / 2.

Le sprint chiffres disponible a partir du un tirage de chiffres est affiche et les canditats doivent trouver le compte est bon le plus rapidement possible.

Modalités de jeu et score

Il est dans chaque variante imparti un temps de 30 secondes pour trouver la ou les réponses attendues.

  • Si personne ne répond avant les 30 secondes, aucun point n'est attribué.
  • Si un candidat répond correctement, 7 points (anciennement 5 points) lui sont attribués.
  • Si un candidat répond mal, les 7 points (anciennement 3 puis 5 points) sont attribués à son adversaire (sans que ce dernier n'ait besoin de donner sa propre réponse).

« Sprint final de janvier à décembre 2010 puis de septembre 2011 à septembre 2016 »

À la fin de l'émission normale (anciennement du championnat), deux tirages préparés sont proposés aux candidats. Chaque candidat, en commençant par celui dont le score est le plus faible, choisit s'il préfère un tirage de chiffres ou de lettres. Pour le tirage de lettres, il faut trouver un mot de 10 lettres le plus rapidement possible. Pour le tirage de chiffres, il faut résoudre un compte le plus rapidement possible.

Modalités de jeu et score

Les candidats disposaient de 30 secondes pour proposer oralement une réponse.

Celui qui donnait une bonne réponse gagnait 5 points (anciennement 10), sinon il donnait 5 points (anciennement 10) à son adversaire s'il se trompe.

Les champions du jeu télévisé

 
Arnaud Blaye (finaliste) et Stéphane Crosnier (vainqueur) du tournoi Des Chiffres et des Lettres de Viroflay de 2014.

À travers les années, de nombreux champions se sont illustrés grâce aux directs télévisés du jeu Des Chiffres et des Lettres, certains atteignant une cote de popularité significative auprès du grand public.

Citons parmi les plus emblématiques :

  • Pierre-Marie Billy : vainqueur du Tournoi des Légendes (2005), des Masters (1991), de la Coupe des Champions (1999), et meilleur joueur de l'histoire avec Étienne Chazal.
  • Étienne Chazal : vainqueur des Masters à 3 reprises (1984, 1985, 1993), de la Coupe des Clubs à 4 reprises (1985, 1986, 1988, 1991) et meilleur joueur de l'histoire avec Pierre-Marie Billy.
  • Michel Duguet : vainqueur de la Coupe des Champions en 1984, désigné Joueur du siècle au Scrabble.
  • Jean-Paul Cordier : double vainqueur de la Coupe des Champions (1980, 1981), vainqueur des Masters (1987).
  • Simone Menesguen: double vainqueur de la Coupe des Champions (1978, 1979)[8].
  • Benjamin Hannuna : champion du monde de scrabble, vainqueur de ses 10 matchs (1981).
  • Franck Dubois de la Patellelière : premier vainqueur du Grand Tournoi Open en 1983.
  • Denis Coste : vainqueur des Masters (1992), vainqueur du Trophée des As (2008).
  • Olivier Suys : vainqueur de la Coupe Armand Jammot (2001) et de la Coupe des Champions (1994), demi-finaliste du Tournoi des Légendes (2005).
  • Christian Quesada : seul joueur à avoir remporté les trois grandes épreuves télévisées : Vainqueur de la Coupe des Champions (1987), des Masters (1989), et de la Coupe des Clubs (1991).
  • Florian Lévy : joueur très précoce et très doué, passé au Scrabble en 1991, après 10 ans de compétition. Finaliste du Tournoi des Légendes (2005), vainqueur de la Coupe des Clubs (1991).
  • Christian Levesque : quadruple vainqueur de la Coupe des Clubs (1988, 1989, 1994, 1995), finaliste des Masters (1987), demi-finaliste du Tournoi des Légendes (2005).
  • Olivier Saul : vainqueur de la Coupe des Champions (1998), de la Coupe des Clubs (1992), triple demi-finaliste du Masters (1989, 1990, 1991).
  • Stéphane Crosnier : vainqueur de la Coupe des Champions (1997), du Championnat (2010) et finaliste de la Coupe Armand Jammot (2001).
  • Michel Jouaux : célèbre champion non-voyant.
  • Jean-Pierre Mandras : créateur du C.M.C.L., Club Marseillais des Chiffres et des Lettres. Le C.M.C.L. fut l'un des tout premiers clubs créés en France. Sa création date du .

Les grands tournois télévisés

La « Coupe des Champions » et le « Trophée des As »

La Coupe des Champions eut lieu de 1976 à 1999 et rassemblait chaque début d'année les 8 joueurs ayant totalisé le plus de victoires à l'émission quotidienne au cours de l'année écoulée. Jusqu'en 1983 (avant l'introduction du Masters), cette épreuve voyait s'affronter le tenant du titre de l'édition précédente, ainsi que les 7 joueurs ayant totalisé le plus grand nombre de victoires dans l'année. Elle s'est tenue jusqu'en 1993 à Monte-Carlo. La compétition se déroulait sous le format d'une coupe : matchs à élimination directe, avec tirage au sort intégral des rencontres. Jusqu'en 1992, les 1/4 de finale étaient enregistrés en studio, les 1/2 finales se déroulaient en direct de Monte-Carlo, ainsi que la finale alors diffusée en première partie de soirée. La dernière édition eut lieu en 1999.

À partir de 2002, une compétition similaire à la « Coupe des Champions » revient sous le nom de « Trophée des As ». Elle rassemble périodiquement les 10 meilleurs joueurs passés à l'émission quotidienne, sur une période d'environ maximum deux ans pour les dernières éditions. La sélection hors antenne entre les joueurs invités (en fonction du nombre de victoires à l'émission quotidienne) se fait sur une épreuve individuelle de type duplicate contre-la-montre. Les 10 joueurs qualifiés pour la compétition jouent alors chacun leur tour et devant les caméras un duplicate individuel contre-la-montre sur tirages préparés. Les 4 premiers s'affrontent ensuite en matchs à élimination directe : demi-finales en une manche, puis finale en deux manches gagnantes, sur tirages préparés pour les chiffres uniquement et avec buzzer.

« Coupe des Champions »
  • 1976 : Gilbert Lamic (finaliste : Jean-Pierre Lévêque)
  • 1977 : Jean-Pierre Lévêque (f : Jean-Pierre Leprince)
  • 1978 : Simone Ménesguen (f : Michel Pialat)
  • 1979 : Simone Ménesguen (f : Max Mojon)
  • 1980 : Jean-Paul Cordier (f : Alain Enaux)
  • 1981 : Jean-Paul Cordier (f : Franck Dubois de la Patellière)
  • 1982 : Jean-Paul Dessoly (f : Jean-Paul Cordier)
  • 1983 : Vincent Labbé (f : Jean-Marc Bellot)
  • 1984 : Michel Duguet (f : Gérard Teuma)
  • 1985 : Eric Avazeri (f : Paul Levart)
  • 1986 : Claude Del (f : Marc Treiber)
  • 1987 : Christian Quesada (f : Daniel Henrion)
  • 1988 : Jérôme Mourot (f : Christian Foury)
  • 1989 : Gisèle Eraud (f : Serge Emig)
  • 1990 : Frédéric Vandamme (f : Jean-Luc Kerbiriou)
  • 1991 : Daniel Badou (f : Patrice Maquet)
  • 1992 : Laurent Dauvilliers (f : Nicolas Gauthier)
  • 1993 : Pascal Lucas (f : Philippe Rocchia)
  • 1994 : Olivier Suys (f : Frederic Delaveau)
  • 1995 : Jean-Michel Senlis (f : Alain Théron)
  • 1996 : Pas d'édition
  • 1997 : Stéphane Crosnier (f : Luc Maurin)
  • 1998 : Olivier Saul (f : Alain Simonnet)
  • 1999 : Pierre-Marie Billy (f : Claude Pouraillet)
« Trophée des As »
  • 2002 : Matthieu Colonna (f : Aurélien Kermarrec)
  • 2003-2005 : pas d'édition
  • 2006 : Nicolas Bartholdi (f : Pierre-Damien Roux)
  • 2008 : Denis Coste (f : Laurent Dauvilliers)
  • 2009 : Jacques Colard (f : Bruno Dambre)

Le « Grand Tournoi Open » / Masters

Épreuve phare de l'âge d'or de l'émission, le Masters offrait une confrontation annuelle entre l'ensemble des meilleurs joueurs en activité, passés dans l'émission quotidienne ou non. D'abord organisée à Nîmes puis à Antibes, cette compétition était ouverte à tous les candidats souhaitant y participer. Les 16 meilleurs joueurs de l'année précédente, ainsi que les deux finalistes de la précédente Coupe des Champions étaient en outre invités par la production. Les participants jouaient d'abord sur un duplicate de sélection. Les 16 premiers s'affrontaient ensuite en matchs à élimination directe. Les 1/8 et 1/4 de finale se disputaient hors antenne, puis les 1/2 finales et finales étaient diffusées à l'heure habituelle de l'émission. Jusqu'en 1991, la finale était diffusée en première partie de soirée.

  • 1983 : Franck Dubois de la Patellière (f : Michel Lemoine)
  • 1984 : Étienne Chazal (f : Benjamin Hannuna)
  • 1985 : Étienne Chazal (f : Paul Levart)
  • 1986 : Jean-Philippe Chauveau (f : Jean-Paul Dessoly)
  • 1987 : Jean-Paul Cordier (f : Christian Lévesque)
  • 1988 : François-Yves Speranza (f : Jean-Paul Dessoly)
  • 1989 : Christian Quesada (f : Jean-Philippe Chauveau)
  • 1990 : Thierry Boisard (f : Étienne Chazal)
  • 1991 : Pierre-Marie Billy (f : Christian Quesada)
  • 1992 : Denis Coste (f : Pierre-Marie Billy)
  • 1993 : Étienne Chazal (f : Serge Emig)
  • 1994 : Serge Emig (f : Olivier Suys)

La « Coupe des Clubs »

Organisée sur le format du Masters, cette compétition était ouverte à tous les clubs souhaitant y participer et rassemblait en général plus d'une centaine d'entre eux. Chaque club était représenté par une équipe de trois titulaires et un remplaçant. À l'issue d'une épreuve de sélection (duplicate) disputée hors antenne, les quatre premiers clubs s'affrontaient en matchs télévisés à élimination directe, dont la finale était diffusée jusqu'en 1991 en première partie de soirée.

Commenter cet article

À propos

HISTORIQUE DE L'EMISSION